>  www.loue.fr

Le BlogInfos et actus

<retour
Actualités 
 13  décembre  2017

OUI à l'affichage ET à la visibilité de l'origine ... des produits Label Rouge, IGP et BIO !

Olivier DAUVERS milite pour l’obligation de l’identification des matières premières sur les packs des produits alimentaires. Pour les Fermiers de Loué, et si on commençait – naturellement - par les produits transformés Label Rouge, IGP et BIO ?

Olivier DAUVERS (https://www.olivierdauvers.fr/olivier-dauvers) est journaliste éditorialiste spécialiste de la grande consommation, il écrit ceci :

https://www.olivierdauvers.fr/2017/12/13/voila-ce-pour-quoi-je-milite-et-tant-pis-si-ca-plait-pas/#comments

Voilà ce pour quoi je milite (et tant pis si ça plait pas…)

Je milite depuis des années pour l’obligation de l’identification des matières premières sur les packs des produits alimentaires. Et, de manière un poil provoc’ je l’assume (mais, pour faire réfléchir, je considère que “heurter” est un bon début), comme dans cet édito de 2015 sur la… “Préférence Alimentaire Nationale”. Le point de départ de la réflexion est simple : pour soutenir les cours agricoles (c’est “LA” revendication principale du monde paysan), la meilleure solution, car la plus durable, est de modifier la… demande. C’est simple comme un cours d’économie de lycée. Reste à savoir comment modifier la demande… En y répondant de manière autrement plus fine qu’aujourd’hui. A l’heure où le client veut du local et plus généralement toutes formes de réassurances sur l’origine, comment accepter que les provenances des matières premières dans les plats élaborés soit aussi évasives ??? “Poulet UE et hors UE” pour ces plats cuisinés surgelés par exemple. Stéphane Le Foll, alors ministre de l’agriculture, a obtenu pour deux ans et à titre expérimental l’obligation de l’affichage de l’origine des matières premières depuis le 1er janvier 2017. Un énorme pas mais, hélas, insuffisant. Car affichage de l’origine n’induit pas visibilité de l’origine…

Voilà pourquoi je milite pour une double obligation : l’affichage ET la visibilité de l’origine avec, pourquoi pas, une règle simple : la mention de la provenance ne peut pas être d’une taille de caractère inférieure à la principale “promesse” du pack et, en tout état de cause, doit figurer en face avant. Dans l’exemple choisi ici (des plats Franprix avec origine UE et hors UE pour le poulet, disons au hasard Pologne et Brésil), l’origine serait autrement plus clairement visible ! Et, d’évidence, par ses achats, le client “dirait” vite à Franprix et à son fournisseur qu’une origine “France” serait plus attirante… Ce faisant, peu à peu, l’obligation de l’affichage ET de la visibilité de l’origine modifierait la demande des industriels en ingrédients français. Donc soutiendrait les cours. Protectionnisme ? Que nenni ! Information complète du consommateur. Libre à lui (soyons fou !) de préférer le poulet brésilien au poulet français.